Travaux Rénover énergétique et écologique !

Rénover énergétique et écologique !

0
renovation ecologique

Nous l’avons précisé, opter pour la rénovation énergétique est déjà un moyen de participer à la protection de l’environnement, notamment en diminuant les déperditions énergétiques du bâtiment.

Cependant toute rénovation énergétique n’est pas forcément écologique en raison des matériaux utilisés (mode de production, provenance…).

Au sein de MediaSeine, la prise en compte de l’environnement se fait à toutes les étapes du projet.

Des matériaux et équipements performants

Le recours à des matériaux performants est un pas vers une consommation d’énergie amoindrie dans le secteur du bâtiment. Isolation renforcée, étanchéité à l’air, huisseries performantes, ventilation contrôlée… toutes les étapes d’une rénovation réussie sont clairement orientées vers l’amélioration des performances énergétiques du bâtiment.

Pourtant, si vos fenêtres proviennent de l’autre bout de la planète, si votre VMC est importée d’un autre continent, si votre isolant est produit avec un procédé énergivore… le bilan environnemental de votre projet sera beaucoup moins bon !

L’énergie grise, une information essentielle

Pour prendre en compte le bilan environnemental d’un projet de rénovation, nous tenons compte de la notion d’énergie grise dans le choix des matériaux et équipements.

Rappelons que l’énergie grise représente la quantité d’énergie requise pour la fabrication d’un produit. L’extraction des matières premières nécessaires à la fabrication, le processus de transformation grâce auquel on obtient un produit fini, le transport, le stockage, l’utilisation, la destruction du produit : tout est comptabilisé afin de définir l’écobilan du produit.

La notion d’énergie grise est trop peu connue. Par exemple, pour un appareil électroménager classé « A », économe à l’utilisation, très peu de vendeurs abordent les questions des coûts écologiques de fabrication ou de transport !

Dans le secteur du bâtiment, la désinformation généralisée est également problématique. Et pourtant les choix de matériaux et équipements peuvent facilement alourdir le bilan écologique d’une rénovation énergétique… initialement destinée à alléger l’empreinte écologique du bâtiment, un comble !

Énergie grise : l’exemple des isolants

Une rénovation énergétique requiert parfois le renforcement de l’isolation. Pour cela, nous prenons en compte la performance du matériau mais aussi son énergie grise.

L’énergie grise du chanvre par exemple est de 48 kWh/m3  contre 242 kWh/m3 pour la laine de verre (rouleaux) pourtant très largement diffusée !

Vous comprendrez aussi aisément que les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas comparables entre un produit industriel, complexe et manufacturé et une fibre naturelle qui requiert beaucoup moins de transformations.

Les matériaux d’isolation d’origine naturelle ou recyclée bénéficient donc globalement d’un meilleur bilan environnemental (paille, laine de mouton, lin, ouate de cellulose…). Cette information intéressante doit cependant toujours être croisée avec les performances voulues et le budget disponible.